Ende
Gelände
2019


stop au charbon. protéger le climat!

À propos de l’équipe Médic

Chèr.e.s militant.e.s,

Ces dernières années, Ende Gelände a toujours été soutenu par des équipes Médic, dont le but est d’accompagner les militant.e.s sur les manifs et les actions et, en cas de coup dur, de fournir une aide médicale (en assurant les premiers secours).

De ce fait, les personnes qui composent les équipes Médic sont solidaires du contenu des actions et se considèrent comme partie intégrante. En règle générale, elles participent à l’action, même si c’est « de manière passive », comme accompagnatrices, et pas en tant que prestataires de service ou comme appartenant aux autorités.
Au contraire, les Médics se considèrent comme faisant partie des structures anti-répression, ne demandent pas de papiers d’identité et ne font pas de dépositions auprès des organes étatiques. La protection contre la répression, y compris celle qui pourrait frapper après coup, constitue une priorité très importante. En conséquence, aucune donnée personnelle n’est demandée ou transmise qui, sous quelque forme que ce soit, pourrait donner des indications sur des personnes et leurs actions.

Il peut y avoir des exceptions, par exemple quand il s’agit d’attaquer pénalement des actes commis par la police. Ainsi, lors de l’action de novembre 2017, un.e manifestant.e a été poussé.e devant un cheval par un.e policier.e. Pour alerter les médias afin de dénoncer publiquement ces faits, les informations de témoins oculaires étaient importantes et dans ce contexte, les Médics ont aussi été sollicité.e.s pour témoigner. Mais ici aussi, la règle est que l’initiative doit partir de la personne concernée ; en attendant, les Médics ne doivent faire aucune déposition. Et d’autant plus pour un cas comme ça, où la question de porter plainte ou pas devant la police doit être mûrement réfléchie, et où il faut toujours en discuter avec des personnes qui s’y connaissent (la Legal Team se fait un plaisir de donner un coup de main !).

Cette année aussi, pour Ende Gelände, il y aura une structure médicale autonome, qui pourra s’occuper de la majeure partie des blessures et maladies aigues qui pourraient survenir. Ce faisant, les Médics essaient de prendre en charge les personnes le mieux possible et mettent un point d’honneur à le faire de manière impartiale, indépendamment de toute considération de genre, d’origine ou autre. Pour les cas qui dépasseraient leurs compétences, nous pouvons transmettre les contacts de médecins et hôpitaux locaux.

Nous ne solliciterons les services d’urgences médicales que dans les cas d’urgence absolue et, si possible, après en avoir discuté avec la personne concernée. Nous voulons ainsi nous rendre indépendant.e.s des structures étatiques qui pourraient collaborer avec les organes de la répression. On ne peut pas toujours garantir que les services de secours, les médecins de la région et les hôpitaux agissent de manière sensible. Par exemple, pour des raisons d’assurances, vous ne pourrez le plus souvent pas vous contenter de donner un pseudonyme, mais devrez fournir le nom qui figure sur vos papiers d’identité. Malgré tout cela, en cas d’urgence, le plus important pour nous reste l’intégrité physique et mentale de la personne concernée.

Malheureusement, les Médics ne peuvent pas être partout ! En conséquence, dans les cas de grande urgence (par exemple, étouffement ou perte de connaissance), appelez vous-mêmes et directement le numéro d’urgence 112.
Pour une plus grande indépendance, nous recommandons à tout.e.s les militant.e.s – et en tout cas au moins à deux personnes par groupe affinitaire – de participer à un atelier prévu spécialement pour les Médics des groupes affinitaires. Nous essaierons aussi d’organiser un atelier sur place ; mais vous pouvez également en prévoir un à l’avance, lors des préparations chez vous. Demandez simplement aux équipes Médic auxquelles vous faites confiance.
Nous demandons à tout.e.s les militant.e.s de ramener leur propre matériel de premier secours, à la fois pour eux et pour les autres ; et si une personne a besoin de médicaments, elle doit impérativement les prendre avec elle au camp et en action. Une trousse de secours comme celles qu’on trouve dans les voitures (mais SANS les ciseaux !) contient déjà pas mal de choses. Prenez également suffisamment à manger, des en-cas riches en calories et suffisamment de bouteilles ou gourdes facilement remplissables pour le trajet. Il faut également être préparé.e à devoir se laver les yeux à cause de la poussière ou des gaz lacrymogènes. Si vous avez des restrictions médicales, qu’elles soient physiques (allergie, asthme ou diabète) ou psychiques, réfléchissez bien à quel type d’action vous pouvez participer sans vous mettre en danger ni mettre en danger d’autres personnes. Et assurez-vous bien qu’au moins une personne dans votre groupe affinitaire en soit informée – en situation de crise, cela peut sauver des vies !

Encore quelques mots à propos des équipes Médic – et ça ne concerne pas que Ende Gelände :

La plupart d’entre nous – mais pas tout.e.s – seront reconnaissables à leurs vêtements de secouristes. En cas de besoin, cela permettra à tout.e.s de nous reconnaître rapidement. Mais ce n’est pas toujours possible de distinguer une personne qui fait partie de notre structure (et se reconnaît donc dans les principes que nous avons évoqués plus haut, à savoir le consensus d’action pour les Médics) d’une autre qui, par exemple, fait partie des secouristes de la police, ou encore d’une personne isolée qui agit de sa propre initiative et représente éventuellement un risque de répression.
En conséquence, nous ne vous demanderons jamais vos papiers d’identité, ni ce que vous avez fait. La seule chose qui nous intéresse, c’est comment nous pouvons aider sur le plan médical. Pour vous protéger vous-mêmes, protéger la structure et aussi nous protéger, ne racontez jamais rien de plus que les informations indispensables à donner d’un point de vue médical. Mais merci quand même de vous en tenir aux faits (par exemple, que l’on sache si votre état est lié à une chute, un coup, une allergie, un médicament oublié…). Et c’est cool si vous pouvez nous dire par quel nom (votre pseudo pour l’action, par exemple ?) on peut vous appeler.

Check-list rapide :

  • Participer à une formation aux premiers secours (formation générale, voire plus axée sur les contextes de manifestation)
  • Prendre avec vous une trousse de premiers secours
  • Discuter dans votre groupe affinitaire des infos importantes d’un point de vue médical (par exemple, si vous avez une allergie) et également de tout ce qui peut vous sembler important (notamment qui doit vous accompagner en cas d’urgence).
  • En cas d’urgence absolue (étouffement ou perte de connaissance), ne pas hésiter et appeler directement le 112 !